Parcoursup : la nouvelle plateforme d'admissions d'entrée dans l'Enseignement supérieur

Parcoursup : la nouvelle plateforme d’admission dans l’enseignement supérieur.

Parcoursup : la nouvelle plateforme d’admission dans l’enseignement supérieur.

janvier 15, 2018
Parcoursup : la nouvelle plateforme d'admissions d'entrée dans l'Enseignement supérieur

Pourquoi avoir clôturé la plateforme Admission Post-Bac ?

 

Une nécessité de faire cesser la sélection par tirage au sort

 

Les vœux des lycéens peuvent être trop nombreux sur une université dont la capacité d’accueil est insuffisante. Dans ce cas, la plateforme Admission Post-Bac utilisait un algorithme de sélection. Les futurs étudiants étaient donc départagés par tirage au sort. Ainsi, l’algorithme traitait les demandes d’intégration dans l’Enseignement supérieur en fonction de 2 critères.

Dans un premier temps, le domicile du candidat était non négligeable. En effet, un candidat résidant dans l’académie où se situe le siège de l’établissement demandé était prioritaire face à un candidat résidant dans une académie différente de celle de l’université souhaitée. Par exemple, si vous vivez à Marseille (Académie Aix-Marseille) et que vous souhaitez poursuivre une licence à Rennes (Académie de Rennes), vous auriez été classé après un étudiant résidant à Rennes et postulant à la même formation.

Dans un second temps, l’algorithme s’appuyait sur le classement des vœux des candidats. Si votre vœu n°1 correspondait au vœu n°2 de votre camarade, vous seriez prioritaire sur cette formation. L’ordre de préférence des vœux formulés était donc primordial.

Par conséquent, ce système de sélection manquait de transparence. Sans intervention humaine lors du tirage au sort, les décisions prises par l’algorithme ont été critiquées.

 

Une mise en demeure par la CNIL pour l’Admission Post-Bac

 

La CNIL – Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés – a mis en demeure la plateforme en septembre dernier sans pour autant remettre en cause l’algorithme dans la prise de décisions. En effet, la CNIL refusait que l’avenir de milliers de bacheliers se retrouve entre les “mains” d’un algorithme. Ainsi, les admissions ne peuvent exclure une intervention humaine.

De plus, la plateforme faisait une entorse à la Loi Informatique et Libertés. La loi précise qu’aucune “décision produisant des effets juridiques à l’égard d’une personne ne peut être prise sur le seul fondement d’un traitement automatisé de données destiné à définir le profil de l’intéressé ou à évaluer certains aspects de sa personnalité”. Or, il s’agit du principe fondamental de l’algorithme utilisé.

 

Un trop grand nombre de bacheliers sans affectation

 

Dès la fin de la procédure d’Admission Post-Bac 2017, plus de 2 500 bacheliers n’avaient aucune affectation dans l’Enseignement supérieur. Sur ce total, 5% bénéficiaient d’un Baccalauréat général (S, ES ou L). Les 95% restant étaient issus de filières technologiques ou professionnelles. Or, les IUT et BTS – qui sont des cursus courts, professionnalisant et sélectifs – sont très demandés par les étudiants provenant de telles filières, mais ne bénéficient pas d’autant de places que les facultés.

La Ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a annoncé sa volonté d’augmenter de manière “substantielle” le nombre de places disponibles dans ces filières sélectives, afin d’accompagner au mieux “les étudiants vers la réussite”. Pour cela, “nous travaillerons avec Jean-Michel Blanquer – le Ministre de l’Education – pour les BTS et avec les Présidents d’universités pour les IUT.”

 

Afin d’améliorer l’entrée dans l’Enseignement supérieur, le gouvernement a souhaité mettre en place une nouvelle plateforme, modifiant considérablement Admission Post-Bac.

 

 

Parcoursup : la plateforme plus simple, plus transparente et plus juste

 

Les améliorations proposées par Parcoursup

 

La nouvelle plateforme nationale d’admission en 1ère année dans l’Enseignement supérieur a opéré de grands changements. En raison des critiques faites à Admission Post-Bac, la plateforme a été revue dans son intégralité et a même changé de nom. Ainsi, tous les points négatifs de l’ancienne plateforme ont été travaillés, transformés voire supprimés. L’objectif de cette nouvelle procédure est de renforcer l’orientation, jusqu’alors insuffisante et inadaptée.

Par conséquent, Parcoursup propose des améliorations à l’admission dans l’Enseignement supérieur, qui privilégieront les compétences et le travail fourni par le lycéen futur étudiant durant son cursus secondaire.

Tout d’abord, la plateforme présentera, pour chaque formation proposée, des informations pertinentes comme les enseignements proposés, les taux de réussite et les débouchés possibles. Ensuite, les candidats pourront formuler jusqu’à 10 vœux, sans ordre de préférence. Cela permettra d’éviter les choix par défaut. Enfin, les vœux ne sont plus soumis à un algorithme. Ils sont examinés par les universités elles-mêmes et les décisions sont prises entre les établissements d’Enseignement supérieur, les lycées et les rectorats.

Les propositions et décisions d’admission sont présentées au candidat, qui a la possibilité d’y répondre. Par conséquent, après 2 réponses positives, le futur étudiant peut émettre un choix sans toutefois renoncer aux autres vœux en attente.

 

Parcoursup favorise l’accompagnement personnalisé dans l’orientation des lycéens

 

Le rôle primordial des lycées

Cette nouvelle plateforme nécessite un changement et probablement un tournant dans l’Enseignement secondaire. Les rôles des lycées dans l’orientation de ses élèves et dans les décisions prises quant à leur admission sont désormais primordiaux. En effet, 2 professeurs principaux de terminales auront la mission d’accompagner individuellement les élèves.

De plus, durant cette dernière année au lycée, 2 semaines seront consacrées à l’orientation. En novembre / décembre 2017, une semaine a eu pour objectif de sensibiliser les élèves et d’ouvrir chez eux une réflexion quant à leur orientation. Entre janvier et mars 2018, tous les lycées devront organiser une deuxième semaine d’orientation destinée à consolider leurs projets.

Enfin, les lycées et les établissements d’Enseignement supérieur devront une fois de plus travailler en cohésion afin d’accompagner les lycéens n’ayant obtenu aucune réponse positive : ils seront suivis et épaulés pour trouver une formation dont les caractéristiques et débouchés se rapprochent au maximum des vœux formulés.

 

La fiche Avenir : le moyen d’abolir la sélection par tirage au sort

Les fiches Avenir sont créées par les lycées et destinées aux établissements d’Enseignement supérieur. Sur chaque vœu formulé, les professeurs émettent des appréciations en fonction de leur discipline, en corrélation avec la formation souhaitée. Les professeurs principaux en font la synthèse, et les directeurs d’établissements émettent un avis final positif ou négatif. Ces fiches Avenir sont transmises aux enseignements supérieurs via la plateforme Parcoursup. Elles contiennent les informations des étudiants comme ses notes, son positionnement dans la classe, l’appréciation du professeur principal et l’avis du directeur d’établissement. Ces fiches seront également accessibles pour les étudiants sur Parcoursup. Elles permettront à l’Enseignement supérieur de sélectionner les étudiants à l’entrée en première année, selon le niveau demandé et les notes et appréciations du candidat.

 

 

Les résidences Neoresid mettent tout en oeuvre pour la réussite universitaire de ses locataires. C’est pourquoi les managers de résidence prennent en charge les démarches administratives. Découvrez nos résidences en fonction de votre académie :